Chapitre 3

10 septembre 2011, ils sont tous venus, même ceux venus du fond de l’Italie…. et des US !

Les vendanges sont terminées, le 11 septembre à 12h 30 les 40 vendangeurs de 4 à ……ans, ont pu se mettre à l’ombre du tilleul de Joëlle, où les tables dressées par Claude les attendaient; se rafraichir, se restaurer  avec de délicieuses salades, quiches, saucissons, jambons et les Pâtés de Claudine ! Ah…. Les pâtés de Claudine… pour une fois les courageux qui sont passés à la cave à 12h 30, pour donner un dernier coup de main, ont pu y gouter !  et oui les autres années, on nous oubliait, nous les travailleurs à l’ombre….de la cave !

Mais je n’ai pas vu Alain C. tiens tiens !

Les Mourvèdres vendangés ce samedi étaient magnifiques, au dire de tous nos amis, c’était un vrai régal à vendanger.  A la cave nous en avons mesuré la densité : 130 gr de sucre par litre de jus, autant dire un 14° potentiel. Les sangliers les avaient laissés tranquilles, car beaucoup d’autres vignes aux alentours étaient mures.

Quel soulagement quand le dernier grain de la dernière grappe tombe dans la cuve qui gargouille,  vous ne pouvez pas connaître cette angoisse du vigneron tant que la récolte n’est pas rentrée, ses cauchemars de ciel noir de nuages, de pluie battante, de grêle…ok, je galèje un peu mais nous sommes dans le midi après tout !

Oui ce fut une belle matinée, pas trop chaude, mais de toute manière Cécile et Bernard avait de quoi désaltérer tout le monde dans leur véhicule magique..

Vers 16h, une fois le café servi, une migration s’organisa vers la garrigue Nîmoise,  chemin de la capitelle  pointue, comment peut on trouver un nom plus original, évocateur, authentique que celui là !! C’est le lieu où nous sommes tous invités chaque année, chez Cécile et Bernard, Claudine et Claude, pour partager une soirée chaleureuse, amicale et vivifiante en pleine nature.

Là au milieu des chênes verts, des oliviers centenaires, des arbousiers dont certains sont taillés en nuages sans doute pour donner un peu de rythme à ce ciel si bleu que beaucoup nous envie, là dis-je, vos narines pleines d’odeurs de romarin de menthe sauvage, on vous sert la boisson du dragon….ah vous ne savez pas ce que c’est ? Pour le savoir, il faut venir faire les vendanges au Clos des Calades ; c’est en quelque sorte une récompense, une boisson des dieux, un dopant naturel  de 7 à 107 ans après c’est hasardeux ….mais je ne vous en dirai pas plus !

à table, à table… tu n’as pas vu Alain C . …

Cette année Joelle avait préparé un Parmentier de canard confit, tout le monde mit la main à la pate pour préparer hors d’œuvres, et desserts nombreux….le tout arrosé de Clos 2006 et 2007 et de quelques bouteilles d’eau, aussi !  ce fut un régal pour les 34 convives, oui nous en avions perdus un petit nombre, qui devaient rentrer plutôt…

Oui Alain C. n’était pas là, il nous a manqué pour conduire le tracteur, donner du rythme à la colle de vendangeurs, il nous a manqué à l’apéro, il nous a manqué à table ! il aurait du écouter sa femme et ne pas se risquer sur son échelle….patatras… bon j’arrête là de le charrier. On t’embrasse tous Alain le téméraire tu sais qu’on t’aime et qu’il nous tarde de te revoir sur un tracteur !